Prisonniers de guerre américains en captivité allemande

On estime que plus de 120 000 soldats américains ont été capturés pendant la Seconde Guerre mondiale. Près de 94 000 de ces soldats étaient détenus dans des camps de prisonniers de guerre situés en Europe. Ces camps étaient principalement opérés par les Allemands.

À l'automne 1942, la majorité des prisonniers de guerre américains se recrutaient parmi les équipes d'avions abattus (le plus souvent des bombardiers). Les Allemands les ont d'abord détenus avec les prisonniers britanniques (les premiers Américains capturés par les Allemands étaient en fait des pilotes au service de la RAF) dans les camps de Stalag Luft (Air Force).

La situation a changé avec l'intensification des combats en Afrique du Nord et l'offensive alliée de novembre 1942, à laquelle les forces terrestres américaines ont fourni des troupes.
Jusqu’à juin 1943, les Allemands avaient déjà interné plus de 8800 soldats américains des forces terrestres à travers 16 camps différents. Le plus grand contingent (1 667) a eu lieu au Stalag III B Fürstenberg.

L'augmentation considérable du nombre de prisonniers de guerre américains qui se sont retrouvés dans des camps allemands a été enregistrée après l'atterrissage en Normandie, c'est-à-dire dans la seconde moitié de 1944. Il suffit de dire que sur les 94 000 prisonniers américains mentionnés au début, environ 75% ont été capturés par des Allemands au cours des 12 derniers mois de la guerre en Europe.

Selon les données officielles de l'administration américaine de novembre 1945 (c'est-à-dire après la fin des hostilités non seulement en Europe, mais aussi dans le Pacifique), parmi tous les prisonniers de guerre américains détenus dans des camps allemands pendant la Seconde Guerre mondiale, 1/3 étaient membres des forces aériennes, et le reste - pratiquement tous les soldats des forces terrestres. Parmi les premiers, environ la moitié étaient des officiers, tandis que seulement 10% parmi les seconds. Le nombre de marins américains capturés était relativement faible.

L'écrasante majorité des prisonniers de guerre américains ont été capturés au moment où les infrastructures des camp et l'administration militaire allemande qui les gérait étaient déjà constituées. Il existaient également des moyens de coopération développés entre la Wehrmacht et les représentations des Puissances Protectrices (la Suisse a joué ce rôle pour les prisonniers de guerre américains), les agences de la Croix-Rouge et du YMCA, sans lesquelles la vie des prisonniers derrière les fils des camp serait certainement beaucoup plus difficile.

De plus, la situation de l'Allemagne, compte tenu des succès ultérieurs des Alliés sur tous les fronts, s'est systématiquement détériorée depuis 1942, et de plus en plus de prisonniers de guerre allemands ont été capturés par les pays alliés, y compris les États-Unis. Ce qui partiellement explique pourquoi, d'une manière générale, le IIIe Reich par rapport aux prisonniers de guerre anglo-saxons (et donc américains) se conformait à la convention de Genève de 1929. Par conséquent, la situation des prisonniers de guerre américains était généralement meilleure que celle des prisonniers polonais, norvégiens, français, belges ou yougoslaves (Serbe), sans parler des prisonniers soviétiques ou italiens.