Camps de prisonniers de guerre à Szubin (Schubin / Altburgund)

Plusieurs camps de prisonniers de guerre allemands ont existé à Szubin pendant la Seconde Guerre mondiale. Ils étaient tous situés dans le même endroit – dans les locaux d'un établissement d'enseignement masculin adapté à cet effet, où au fil d’années d'autres bâtiments en briques ont été construits.

L'histoire des camps de Szubin peut être divisée en cinq phases, chacune marquée par la domination d'une nationalité particulière parmi les détenus: polonais, britannique-français, français, britannique et américain.

La période "polonaise": automne 1939 - printemps 1940

Déjà en septembre 1939, le terrain servait de camp d'internement pour les civils, principalement l'intelligentsia polonaise. Il est prouvé que le camp était administré par les structures paramilitaires locales - l'organisation criminelle Volksdeutscher Selbstschutz - qui était composée de membres de la population allemande locale qui collaboraient avec la police allemande et la SS.

L'administration de la Wehrmacht a également été attiré par la possibilité de placer les prisonniers de guerre (soldats polonais) à Szubin. Le camp a commencé son fonctionnement entre le 26 et le 30 septembre 1939. Le 4 octobre, le premier gros contingent de prisonniers - comptant probablement plusieurs centaines de soldats - y a été envoyé. Dans une partie des publications, la date du 5 octobre est donnée comme fondation du premier camp de prisonniers de guerre à Szubin: Kriegsgefangenenlager Schubin.

Nous ne savons pas encore exactement combien de prisonniers étaient détenus à Szubin à l’automne de 1939, ni quel était le statut du camp après le 26 octobre, date à laquelle une nouvelle administration militaire permanente des territoires polonais incorporée au Reich a été instaurée. Nous ne savons pas non plus qui était le premier commandant du camp, ni dans quelle unité les gardes ont été recrutés.

Le 1er décembre 1939, les Allemands ont crée deux nouveaux camps permanents de prisonniers de guerre pour les sous-officiers et les soldats (Stalag) : Stalag XXI B1 Schokken (aujourd'hui Antoniewo, à environ 70 km de Szubin) et Stalag XXI B2 Schubin (à Szubin).

Ils étaient (comme tous les camps ultérieurs) soumis à l'administration du 21e district militaire (Wehrkreis XXI) avec siège à Poznań.

Pendant la période initiale, les conditions dans le camp de Szubin sont supposées avoir été difficiles. Les chambres étaient en train d'être adaptées à des fins résidentielles, l'équipement manqué et les vêtements et les livraisons arrivaient selon un calendrier peu fiable. Le responsable de la Puissance Protectrice, la Suède, n'a pas offert de soutien adéquat et les prisonniers de guerre n'ont reçu pratiquement aucune aide extérieure.
Entre mars et mai 1940, les Allemands ont délocalisé la majorité de ces prisonniers de guerre polonais profondément dans le Reich.

Cette relocalisation était conforme à la politique allemande de ne pas détenir de prisonniers polonais dans les zones habitées principalement par des Polonais (ce qui pourrait faciliter l'évasion), et a fait plus de place aux vagues attendues de prisonniers de guerre des pays occidentaux. Au cours des semaines suivantes, la Wehrmacht a interné ici les premiers prisonniers de guerre capturés pendant la campagne française - ces hommes étaient principalement des soldats britanniques.

La période «franco-britannique»: printemps / été - fin 1940.

La nouvelle population des prisonnier a entraîné une modification du statut et de la désignation des camps.

Début août 1940, le Stalag XXI B2 Schubin a été renommé Stalag XXI B/H Schubin (camp principal). Ce qui était auparavant connu sous le nom de Stalag XXI B1 Schokken a été transformé en une entité subordonnée et renommé Stalag XXI B/Z Schokken (camp de branche), avant d'être transformé en camp autonome exclusivement pour les officiers - un Oflag - deux semaines plus tard, Oflag XXI A Schokken.

Presque au même moment, le 18 septembre, un nouveau camp permanent pour officiers a été créé dans la ville de Szubin - Oflag XXI B Schubin. Il a été établi sur le même terrain que le Stalag et ses premiers prisonniers ont été des officiers et adjudants français.

La coexistence de deux camps côte à côte - Oflag XXI B Schubin et Stalag XXI B/H Schubin - a duré près de trois mois. Début décembre 1940, le Stalag XXI B/H Schubin a été déplacé à Tur, un village situé à 10 km de Szubin, et renommé Stalag XXI B Thure. Depuis ce moment-là et jusqu'à la fin de la Seconde Guerre mondiale, un seul camp permanent – Oflag - a existé à Szubin.

La période "française": début 1941 - septembre 1942.

Pendant une courte période de trois semaines seulement (du 28 mars au 19 avril 1941), Szubin a hébergé un camp de transit (Dulag 202) que les Allemands ont finalement déménagé en Serbie. Son emplacement dans le district militaire XXI était très probablement en préparation pour l'invasion de l'URSS, qui comprenait l'établissement d'un réseau de camps de transit pour les soldats soviétiques capturés par les Allemands. Cependant, suite à des événements qui se sont déroulés en Yougoslavie, le camp a finalement été déplacé vers le sud de l'Europe. En juillet, il a été relocalisé en Roumanie, avant d'être transféré en Ukraine en septembre 1941.

Pendant ce temps, Oflag XXI B Schubin abritait principalement des prisonniers de guerre français. Le nombre de prisonniers fluctuait constemment: il diminuerait avec la libération ou le transfert des prisonniers vers d'autres camps et augmenterait avec l'arrivée de nouveaux transports (par exemple depuis les camps qui devaient faire de la place pour de nouveaux lots de prisonniers de guerre soviétiques). Il y avait environ 1 400 prisonniers français à Szubin en février 1941. En juillet, ce nombre est tombé à 1 200, puis à 600 en septembre, avant de remonter à plus de 1 500 entre 1941 et 1942. Finalement, en septembre 1942, le le nombre est tombé à un peu plus de 580 et à 38 en octobre.

Les conditions de détention des Français étaient relativement confortables - la plupart des bâtiments avaient été achevés et adaptés aux besoins des prisonniers de guerre, la Croix-Rouge avait déjà établi un service postal et le camp avait été visité à plusieurs reprises par des représentants d'organisations internationales.

La période "britannique": octobre 1942 - avril 1943.

Les prisonniers français ont été remplacés en septembre et octobre 1942 par les prisonniers de guerre britanniques, transférés à Szubin principalement depuis Oflag VI B Dössel et Stalag Luft III Sagan. À l'automne de la même année, leur nombre oscillait entre environ 500 et environ 700. La moitié de ces soldats étaient «anglais» (un terme utilisé par les Allemands pour désigner les Anglais, les Écossais et les Gallois), 20% étaient canadiens, 15% étaient australiens et néo-zélandais, et 5% étaient des Afrikaners (de l'Union d’Afrique du Sud). Les autres prisonniers (principalement des pilotes de la RAF) venaient d'autres pays, dont les Etats-Unis.

Pour la majorité de ces prisonniers, le transfert à Szubin a été une punition pour leurs nombreuses tentatives d'évasion précédentes. Cependant, les conditions à Oflag XXI B étaient également propices à de tels plans. Les prisonniers de guerre ont fait plusieurs tentatives, dont la plus effrontée a eu lieu dans la nuit du 5 au 6 mars 1943. Cette nuit-là, 33 prisonniers se sont échappés par un tunnel qu'ils avaient creusé sous terre. En fin de compte, cependant, aucun d'entre eux n'a réussi à atteindre un refuge sûr. Deux des prisonniers les plus proches de réussir se sont noyés en tentant de traverser le détroit entre le Danemark et la Suède. Les Allemands ont capturé le reste. Néanmoins - jusqu'à la fameuse évasion du Stalag Luft III Sagan, qui a eu lieu un an plus tard - cette tentative d'évasion était la plus importante de l'histoire des camps de prisonniers de guerre allemands de la Seconde Guerre mondiale.

La période "américaine": mai 1943 - janvier 1945.

Les Allemands ont officiellement fermé l’Oflag XXI B un mois après la tentative d'évasion de mars 1943 et ont envoyé les soldats britanniques principalement au Stalag Luft III Sagan. En mai, ils ont établi l’Oflag 64 à Szubin, cette fois-ci dans le but d'interner les officier américains de l’Armée de terre. Le premier transport d'environ 185 prisonniers américains est arrivé à Szubin du 6 juin 1943 au 9 juin 1943. Oflag 64 était le premier et aussi le plus grand camp des prisonniers de guerre pour les officiers américains des Forces terrestres. La majorité des prisonniers ont été capturés par les Allemands en Afrique du Nord, puis en Italie et en France. En novembre 1943, le nombre des prisonniers est passé à 336, en mars 1944 à 402 et en octobre de la même année à 775.

La période "américaine" du camp de prisonniers de guerre de Szubin est, jusqu'à présent, la mieux documentée. Elle a duré le plus longtemps et la répartition des nationalités des détenus est restée inchangée. Les officiers américains pouvaient profiter d'un certain nombre de commodités (colis réguliers livrés par la Croix-Rouge et le YMCA) et ils étaient eux-mêmes bien organisés et actifs en ce qui concerne les activités culturelles, sportive, l'éducation et l'édition (un certain nombre de mémoires survivent à nos jour, ainsi que tous les numéros du journal du camp). L’activité  souterraine du camp était également bien développée.

Il faut aussi mentionner que deux des officiers américains (le lieutenant-colonel John H. Van Vliet Jr. et le capitaine Donald B. Stewart) qui restaient en captivité  à Oflag 64 ont été emmenés par les Allemands à Katyn en mai 1943 comme témoins pour observez les travaux d'exhumation des tombes  d'officiers polonais assassinés par l'Armée rouge trois ans plus tôt.

L'Oflag 64 était considéré comme l'un des meilleurs, c'est-à-dire qu'il offrait des conditions assez confortables pour les prisonniers (également en ce qui concerne le comportement de l'équipe allemande du camp). La situation a changé à l'été 1944, lorsque le camp s'est rapidement surpeuplé. Au moment de l'évacuation, en janvier 1945, il y avait déjà plus de 1600 prisonniers.

Pendant plusieurs mois (soit de juin à octobre 1943), un camp spécial de rapatriement (Oflag 64/Z Heilag) a été placé sous le commandement d'Oflag 64. Des prisonniers de guerre britanniques malades et blessés y étaient détenus, destinés à être libérés, envoyés en Grande-Bretagne et échangés contre des prisonniers de guerre allemands. Tout indique qu'il a été aménagé à Mątwy (aujourd'hui dans le district d'Inowrocław). Après sa fermeture, l'infrastructure restante a été utilisée pour ouvrir un nouvel Oflag 10 Montwa (mais qui n'a plus été associé à Oflag 64).

En même temps, l'Oflag 64 avait une succursale à  Antoniewo (Oflag 64/Z Schokken), où à cette époque étaient principalement détenus des prisonniers de guerre italiens, dont un certain nombre d'officiers de haut rang (en octobre 1944, ils étaient 160). Oflag 64/Z Schokken a été fondée à la place de l'ancien Oflag XXI C Schokken, qui a été transféré à Ostrzeszów à l'automne 1943 (Oflag XXI C Schokken lui-même a été créé en mars 1942). Vers la fin de la guerre, les Américains ont également étaient emprisonnés à Oflag 64/Z Schokken.

L’Oflag 64 a été rapidement évacué par les Allemands le 21 janvier 1945. Il n’y sont restés que 86 prisonniers malades. Le lendemain, les troupes de l'Armée Rouge sont entrées à Szubin. Les prisonniers qui sont restés dans le camp ont été transportés à Rembertów près de Varsovie le 28 janvier et de là, un mois plus tard, ils sont partis en voyage (via Odessa) vers les États-Unis.

1471 prisonniers sont partis en marche vers l'ouest (distance à franchir: plus de 550 km par les routes enneigées). Il y avait du gel, manque de nourriture et de soins médicaux. Seuls 490 ont atteint leur destination, Oflag XIII B Hammelburg en Bavière (Basse-Franconie). Les autres ont fui ou sont retournés pour rejoindre les troupes soviétiques. Certains des prisonniers ont atteint le Stalag III A Luckenwalde près de Berlin, qui a rassemblé tous les prisonniers des territoires évacués, et qui a finalement été libéré.

Remarque:

L'histoire des camps de prisonniers de guerre de Szubin est encore incomplète. La recherche est en cours - nous prévoyons d'élargir les descriptions ci-dessus avec une liste des commandants de camps allemands et les plus hauts représentants des communautés de prisonniers de guerre. Des sections distinctes seront consacrées à d'autres camps de prisonniers de guerre de la région qui étaient fonctionnellement liés aux camps de Szubin: Antoniewo (Schokken), Tur (Thure) et Mątwy (Montwy), ainsi qu'à d'autres camps dans lesquels des soldats polonais ont été internés en septembre et octobre 1939.