Previous Next

Colis de la Croix-Rouge

Lorsque l'on pense au sort des prisonniers de guerre en captivité allemande, on se rappelle souvent que leur principal probleme était la lutte contre l'ennui accablant et "la maladie des barbelés". Toutefois, les pénuries alimentaires constituaient un probleme tout aussi pressant. Les responsables allemands, surtout dans le Troisieme Reich bloqué et de plus en plus dévasté, ne considéraient pas l'alimentation de leurs prisonniers de guerre toujours plus nombreux comme une priorité. Bien que les Allemands n'aient pas affamé les prisonniers de guerre alliés – comme ils l'ont fait avec les prisonniers de guerre soviétiques, dont plus de trois millions ont péri en captivité allemande – la quantité et la qualité de la nourriture qu'ils ont fournie aux stalags et aux oflags étaient pour le moins décevantes. Les anciens prisonniers de guerre se souvenaient plus tard du choc qu'ils ont ressenti lorsqu'on leur a servi un ersatz de pain fait de sciure et de farine ou une soupe aqueuse préparée avec de la viande de cheval pleine de vers et une maigre quantité de légumes pourris.

Heureusement, les Allemands ont essentiellement adhéré aux Conventions de Geneve sur le traitement des prisonniers de guerre et, comme le stipulait le traité, ont permis aux organisations d'aide des nations alliées de livrer des denrées alimentaires et des provisions supplémentaires. La Croix-Rouge internationale était l'une de ces organisations et supervisait l'emballage, le transport et la distribution des colis aux camps de prisonniers de guerre dans toute l'Allemagne nazie. En moyenne, un prisonnier de guerre pouvait s'attendre a recevoir un colis de la Croix-Rouge chaque semaine. Mais souvent, le nombre de colis livrés n'était pas suffisant, et les prisonniers de guerre se partageaient donc leur contenu.

Un colis typique ordinaire contenait des aliments en conserve - confiture, thon, soupe condensée ou lait en poudre ; des paquets de sucre, de raisins secs, de café ou de biscuits ; des sucreries sous forme de tablettes de chocolat ou de gâteaux ; et des articles de la vie quotidienne comme du savon et, pour beaucoup l’article le plus important – des cigarettes.  Certains colis contenaient également des médicaments de base et du matériel médical, ce qui a permis aux médecins du camp de maintenir leurs protégés en relativement bonne santé.  

Dans la plupart des camps, les prisonniers donnaient une partie de leurs produits alimentaires de "luxe" au "garde-manger" de la cuisine du camp  afin que les cuisiniers puissent les combiner avec les rations allemandes standard et créer quelque chose de plus comestible. D'autres articles également répartis - comme les cigarettes - étaient particulierement appréciés, car les prisonniers utilisaient des "cigarettes" pour remplacer l'argent. Les rares personnes qui ne fumaient pas étaient les plus chanceuses, car elles pouvaient échanger leurs cigarettes supplémentaires contre des services spéciaux ou d'autres friandises tant désirées.

Afin de maintenir cette aide nécessaire a la survie et assurée par les colis de la Croix-Rouge, les autorités militaires alliées ont veillé a ce qu'aucune organisation n'utilise les colis de la Croix-Rouge pour dissimuler des aides a l'évasion. Si les Allemands avaient découvert un tel stratageme, ils auraient immédiatement arreté la distribution de tous les colis.

Les colis de la Croix-Rouge ont maintenu le moral des prisonniers de guerre, non seulement grâce a leur précieuse nourriture et a leurs provisions, mais aussi parce qu'ils représentaient la preuve tangible que la patrie n'avait pas oublié ses hommes en captivité. Avec les lettres de la maison, ces colis ont empeché les prisonniers de guerre de se décourager. Parfois, le contenu des colis contribuait aux célébrations des fetes des prisonniers de guerre, telles que Thanksgiving ou Noël, avant lesquelles la Croix-Rouge plaçait habituellement des conserves de dinde dans les colis.

Chaque fois que l'afflux de colis s'est arreté – par exemple lors de l'évacuation de certains camps en raison de l'avancée de l'Armée rouge – la santé des prisonniers de guerre s'est rapidement détériorée. Dans les derniers mois de la guerre, lorsque les bombardements alliés ont paralysé les transports allemands et que les Allemands ont transféré et concentré de nombreux prisonniers dans des camps temporaires, le général Eisenhower a meme accepté d'utiliser des camions américains pour les livraisons d'urgence des colis a travers la Suisse.

Au total, la Croix-Rouge américaine a produit plus de 27 millions de colis pendant la Seconde Guerre mondiale. La Croix-Rouge britannique en a fourni plus de 20 millions. De nombreux colis ont également été envoyés aux détenus des sinistres camps de concentration allemands, ou les conditions étaient incomparablement pires que dans les camps de prisonniers de guerre. Selon certains des survivants, les colis de la Croix-Rouge faisaient la différence entre la vie et la mort dans ces camps.