Previous Next

Exposition des Provinces à l'Oflag XXI B à Szubin en août 1942

    Le mois d'aout 1942 a Szubin était chaud et ensoleillé. Tout comme le temps, l'humeur des prisonniers de guerre français de l'Oflag XXI B était rayonnante. L'inauguration d'une exposition présentant les régions de France d'ou provenaient les prisonniers de guerre était attendue avec impatience et enthousiasme.

    Les préparatifs pour l'événement étaient en cours depuis déja longtemps. Pendant des semaines, voire des mois, une centaine de prisonniers de guerre ont préparé des objets et des décorations pour l'Exposition des Provinces, ou chaque région devait avoir son propre stand. Des costumes traditionnels français ont également été recréés avec beaucoup de révérence. Les prisonniers devaient se produire pendant les fetes régionales non seulement en vetements d'hommes, mais aussi dans des tenues féminines beaucoup plus difficiles a confectionner. Des espadrilles de paille, des bérets, des chapeaux et des rubans de couleur étaient assemblés. Des jupes et des camisoles colorées, ainsi que des bonnets en dentelle et brodés, des tabliers et des corsets étaient cousus. Cette tâche était probablement facilitée par le fait que les prisonniers pouvaient avoir acces a l'atelier de couture, qui fonctionnait sur le terrain du camp déja avant la guerre a l'époque de la maison de correction pour la jeunesse masculine. On répétait des danses et des chants traditionnels français. L'organisation de tels événements n'avait pas seulement une fonction de divertissement. Les activités sportives, culturelles, éducatives et de divertissement visaient a contrebalancer les effets de la monotonie de la vie du camp. Elles distrayaient l'attention des prisonniers de la nostalgie poignante de leur pays et de leur famille. Grâce a la coopération, elles créaient et renforçaient également les liens au sein de la famille du camp.

    Le dimanche 15 aout, a 14 heures, le major allemand Anschutz a officiellement inauguré l'Exposition des Provinces. Une heure plus tard, la Fete Bretonne a commencé sur le terrain de sport du camp. Les prisonniers, habillés en costumes traditionnels, ont dansé la gavotte – une ancienne danse folklorique française – et la dérobée – une danse de cortege typiquement bretonne. Leur stand a l'exposition présentait un theme maritime lié a la peche. Ils avaient également réalisé des maquettes de navires et de bateaux. Il y a également eu une séance de photos commémorative.

Brittany exhibit at the regional exposition.
Stand de la Bretagne à l'exposition régionale.

    Le lendemain appartenait a la Provence qui, en plus des chants et des danses traditionnelles en cercle particulierement admirées, a organisé une partie de boules.

    Le mardi 18 aout, la Bourgogne et la Normandie se sont présentées ensemble. Malheureusement, dans la soirée, au cours du dîner, parmi la détente générale et les discussions sur les spectacles, il y a aussi eu des nouvelles troublantes sur le transfert imminent des prisonniers vers plusieurs autres oflags. Ce jour-la, le lieutenant Millet a noté dans son journal : "Quelle catastrophe ! Nous nous étions si bien habitués a Schubin que nous ne demandions qu'a y demeurer jusqu'a la fin de la Captivité...".

Traditional dances during Brittany Day.
Danses traditionnelles lors de la Fête  Bretonne.

Traditional dances during Brittany Day.
Danses traditionnelles lors de la Fête  Bretonne.

    L'ambiance dans le camp a probablement été améliorée par le spectacle de jeudi commun a plusieurs régions. Les préparatifs ont commencé en début d'apres-midi. La plus grande attention a été accordée aux prisonniers de guerre qui étaient habillés en femmes. Non seulement ils s'habillaient a tour de rôle, mais ils tombaient aussi entre les mains d'autres prisonniers qui jouaient le rôle de maquilleurs et de coiffeurs. L'attraction principale était un défilé coloré imitant un cortege de mariage régional. Il débutait avec trois prisonniers jouant sur une vielle, un violon et une clarinette. Ils étaient suivis par douze paires de prisonniers en costumes de femmes et d'hommes représentant les régions du Limousin, de l'Auvergne et du Berry. Le groupe le plus représenté était celui des Gascons, avec une trentaine de participants. Beaucoup d'efforts ont été déployés pour préparer le prisonnier habillé en mariée. L'effet était splendide. La mariée, grande, mince, portant une robe rose clair (le tissu blanc ne pouvait pas etre arrangé), qui l'amincissait encore plus, avait un barbichet limousin sur la tete. Elle portait également un impressionnant châle blanc brodé. Cependant, le divertissement était melé aux préparatifs des départs qui approchaient. Ce jour-la, les prisonniers ont appris les affectations dans les nouveaux camps. La direction la plus souhaitée, probablement en raison de sa proximité avec la France, était l'Oflag V A Weinsberg. Les moins satisfaits étaient ceux qui devaient etre envoyés a Oflag II B Arnswalde (Choszczno) - cette destination ne les rapprocherait que légerement de leur patrie.

    Les prisonniers de guerre étaient occupés a examiner leurs affaires accumulées au cours des derniers mois, a faire des paquets, a envoyer des colis avec certaines choses en France. Les inquiétudes étaient melées a l'espoir d'etre transférés dans des camps plus proches de leur patrie.

    Le samedi 22 aout, les Basques se sont présentés. Des "gaillards lestes, adroits, robustes et bien entraînés" ont dansé avec légereté, grâce, mais aussi avec beaucoup d'adresse. Ils étaient accompagnés par un orchestre composé d'un accordéon, d'un saxo, d'une flute, de deux paires de violons, d'une trompette, d'un tambour basque, d'un tambourin et de castagnettes. La danse finale était vraiment "endiablé". Le spectacle a connu un énorme succes.

    Dimanche, la région du Nord s'est distinguée par un défilé présentant non seulement des musiciens et des danseurs mais aussi des gymnastes, des déguisements, un corps de chasse et une chorale bien dirigée. Ce jour-la l'exposition des Provinces s'est achevée. Elle s'était probablement pour longtemps, sinon pour toujours, gravé dans la mémoire des officiers français. C'était le dernier événement aussi grand et joyeux partagé par eux tous. Cinq jours plus tard, le vendredi 28 aout 1942, les transferts des prisonniers de guerre de l'Oflag XXI B a Szubin vers au moins sept autres oflags différents situés en dehors du 21e district militaire ont commencé.

A group of POWs in a commemorative photo taken during Brittany day.
Groupe de Bretons costumés, Fête Bretonne, le 15 août 1942

Sources:
    • Extraits du journal du lieutenant René Millet / de la collection de la Fondation Polono-Américaine pour la Commémoration des Camps de Prisonniers de Guerre de Szubin
    • Série de photos de la Fete Bretonne dans l'Oflag XXI B a Szubin prises le 15 aout 1942 / de la collection de la Fondation Polono-Américaine pour la Commémoration des Camps de Prisonniers de Guerre de Szubin

 

Les cookies nous permettent de gérer les services proposés par notre site. En utilisant notre site, vous en acceptez, de fait, l'utilisation.
En savoir plus Ok